De nouveaux projets soutenus par la Fondation Solidarités by Crédit Agricole Centre-est : épisode 1

bannierefondation
Note: 5.0. Voir les votes
Veuillez patienter...

Réuni le 12 mars dernier, le conseil d’administration de la fondation a décidé de soutenir huit nouveaux projets situés sur son territoire : dans l’Ain , l’Isère , le Rhône, et la Saône-et-Loire. L’insertion sociale, l’accès à la culture, la préservation du patrimoine, l’environnement, sont au cœur de ces projets. Dans ce premier épisode, zoom sur quatre d’entre eux visant plus particulièrement l’insertion sociale et professionnelle des jeunes et des personnes handicapées.

Ma chance moi aussi : pour l’égalité des chances dès le CP

®UlysseLefebvre

®UlysseLefebvre

Née en Savoie, l’association Ma chance moi aussi accompagne, dans les quartiers prioritaires, les enfants les plus vulnérables, issus de familles en fragilité éducative. En lien avec elles et les écoles, elle prend en charge les enfants  dès l’âge de 5 ans et les suit sur le long terme.
La prise en charge s’effectue  sur trois temps forts :

  • chaque soir, après l’école, dans les locaux de l’association avec une heure de soutien scolaire et une heure d’activités d’éveil (échecs, musique, arts plastiques) ;
  • les mercredis après-midi, les référents les emmènent pratiquer des activités sportives dans les centre-villes, pour leur permettre de sortir de leur quartier ;
  • pendant la moitié des vacances scolaires de février et d’été, ils partent pour des séjours en France ou à l’étranger. Pendant la moitié des vacances de Toussaint, Noël et de printemps, ils sont accueillis dans l’établissement, pour des activités. Fin août, une semaine de remise à niveau est prévue avant la rentrée.

L’association essaime dans le Rhône avec deux centres à Décines (au sein du Groupama stadium) et Lyon 8e. La fondation a financé le séjour extra-scolaire de 16 enfants.

 

Article 1 : améliorer l’orientation et l’insertion professionnelles

article-1-2Article 1 accompagne, du lycée au monde professionnel, les jeunes de milieux populaires dans leur orientation, leur réussite et leur développement personnel. L’association souhaite déployer ses programmes au cœur de territoires ruraux et péri-urbains, en collaboration avec les acteurs locaux. Ces territoires ont en effet des spécificités liées à l’éloignement des centres-villes, à la faible densité d’établissements d’enseignement supérieur. Ils peinent à conserver les jeunes, ou à former ceux qui y restent. Les jeunes restent souvent sur leur territoire pour des raisons vécues comme des contraintes (auto-censure, peur de partir, raisons financières) ; parallèlement, les entreprises locales peinent à recruter.

Article 1 va adapter ses outils aux besoins spécifiques des jeunes de ces territoires, pour leur permettre de déterminer en toute connaissance leur orientation et leur apporter le soutien nécessaire dans leurs études.

La fondation soutient ce déploiement sur des territoires ciblés en Isère, dans l’Ain, le Rhône et la Saône-et-Loire.

 

Sport dans la ville : un programme pour les jeunes filles

sport-dans-la-ville-2Principale association d’insertion par le sport en France, Sport dans la ville favorise l’insertion professionnelle et sociale de 6 500 jeunes chaque année. Rapidement, Sport dans la ville a observé que la mixité filles-garçons, réelle chez les 7-10 ans, chutait drastiquement à l’âge de 12 ans, les filles ne représentant alors plus que 10 % des inscrits. Aucune fille ne faisait partie des deux programmes d’insertion professionnelle, Job dans la ville et Entrepreneurs dans la ville. Le programme L dans la ville voit le jour en 2009. Il offre un cadre pour que les jeunes filles puissent s’épanouir, avec la confiance des familles, dans des activités non mixtes, gratuites, leur permettant de découvrir le monde de l’entreprise. Le programme a fait ses preuves : 10 ans plus tard, les filles représentent désormais 40 % des effectifs de Job dans la ville et 50 % de ceux d’Entrepreneurs dans la ville.  1 680 jeunes filles participent à ce programme, dont 773 dans le Rhône.
En 2020, Sport dans la ville fait évoluer ce programme, en mettant l’accent sur l’égalité, avec plus de mixité dans les activités et en sensibilisant les équipes d’encadrement à ce sujet.

La fondation a renouvelé son soutien à Sport dans la ville, pour permettre le développement de L dans la ville et pérenniser Entrepreneurs dans la ville.

 

Café Joyeux : ouverture prochaine à Lyon !

cafe-joyeuxLes Cafés Joyeux forment et emploient des personnes majoritairement atteintes de trisomie 21 ou de troubles cognitifs, comme l’autisme. L’ambition de ce projet : rendre le handicap visible, favoriser la rencontre possible en milieu ordinaire et proposer toujours plus de travail à des personnes éloignées de l’emploi.
Les Cafés sont situés en cœur de ville et bien décorés pour créer une atmosphère chaleureuse. Les produits servis sont de saison et les circuits courts sont privilégiés.
Les équipiers joyeux sont recrutés et formés par une équipe de spécialistes RH, management cuisine et éducateurs spécialisés. À l’issue de leur formation, ils intègrent les Cafés Joyeux en CDI, avec un temps de travail adapté. En fonction de leurs capacités, encadrés par des managers bienveillants, ils occupent différents métiers de la restauration : accueil, caisse, cuisine, service en salle.

La fondation accompagne l’ouverture, au cours de l’été 2020, du Café Joyeux de Lyon.

Prochainement, dans l’épisode 2, vous découvrirez les quatre autres projets soutenus par la fondation. Restez connectés !

Note: 5.0. Voir les votes
Veuillez patienter...
  • Marie-Pascale Perrimbert

    Des projets toujours aussi enthousiasmants…Bravo la fondation !

    Répondre

Publier un commentaire